AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Event] Cartes sur table

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Emyn Muil

avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 11/11/2015

MessageSujet: [Event] Cartes sur table   Lun 31 Oct 2016 - 22:53

Citation :



Un ami d’une connaissance vous questionnait plus tard qu’hier, sur un ton faussement méprisant :

« Comment ça ? T’as jamais entendu parler de Zsamrat l’Encre Botanique ? Mais tu sors d’où ? »

Pris(e) de court, vous lui avez tout de même bafouillé que ce nom vous évoquait vaguement quelque chose avant que l’insolent personnage ne vous coupe la parole pour étaler sa science.

« Y aura bientôt une exposition temporaire d’un de ses trois plus beaux jeux de cartes au château d’Amakna ! ‘paremment, la Royauté s’intéresse à l’Art avec un grand… avec une majuscule, quoi ! »

Pour ne pas gaffer, vous avez préféré hocher la tête, encourageant votre interlocuteur à poursuivre son monologue.

« Rends-toi compte, oh ! Cinquante-deux cartes sérigraphiées d'une valeur inestimable ! C’est hallucinant, quoi ! Et ça se passera chez nous ! Non mais tu imagines ? Zsamrat ! L’Encre Botanique ! »

L’énergumène ne vous lâcherait pas la jambe sans que vous ne lui ayez donné raison, vous l’aviez bien compris. Aussi lui avez-vous demandé quand cette exposition aurait lieu, feignant l’intérêt.

« Quand ? Je ne te l’ai pas dit ? Le six novamaire, à partir de seize heures ! Ça vaut le coup d’œil, je te l’assure. On y sera tous, même Gégé ! »

Ah, si même ce sacré Gégé s'y rendait, vous n'aviez plus aucune excuse pour louper l'événement...


*
* *

Curieuses et curieux, rendez-vous le 6 novembre, à 16 heures, au château d’Amakna (en [4,-6]) sur le serveur Agride !

Des informations exclusives concernant l'animation sont consultables ici.



Forum de guilde - Twitter
Illustration : Sibelius/Scriabine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Radon
Maître Krondorien
Maître Krondorien
avatar

Messages : 699
Date d'inscription : 04/01/2015
Age : 23

MessageSujet: Re: [Event] Cartes sur table   Mar 1 Nov 2016 - 21:28

Si je peux je serais la !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grraouu
Les Chachas Diaboliques
Les Chachas Diaboliques
avatar

Messages : 188
Date d'inscription : 14/03/2016
Age : 28
Localisation : dans la Lune

MessageSujet: Re: [Event] Cartes sur table   Dim 6 Nov 2016 - 12:03

Si je n'oublie pas je viendrais :p

_________________
Un mec c'est comme une cassette vidéo : avance, recule, avance, recule... stop eject !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chachas-diaboliques.fr1.co/
Emyn Muil

avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 11/11/2015

MessageSujet: Re: [Event] Cartes sur table   Dim 6 Nov 2016 - 23:56

Il y avait du monde au palais, en cette fin d’après-midi. L’hôte, Toakiltour, s’était présenté et nous avait accueillis dans une salle bardée de tentures tape-à-l’œil et d’ornements aussi clinquants que de mauvais goût.


Bétane trépignait d’impatience et se trémoussait autant qu’il le pouvait, me submergeant de remerciements et de témoignages de gratitude. C’en était presque gênant. Pour lui. Pauvre gosse.

Un carillon fit son office, tinta à quatre reprises et le dénommé Toakiltour nous déroula son boniment :

« Au nom de Sa Majesté et du Royaume d’Amakna, je suis heureux de pouvoir vous présenter, après des mois de négociations, l'un des trois exemplaires du jeu de Zsamrat l'Encre Botanique ! Ce jeu de cinquante-deux cartes sérigraphiées, de très haute qualité, ayant nécessité des centaines d'heures de travail n'a pas de prix et, enfin, il est possible d'en faire profiter à la population amaknéenne, le temps de quelques heures, avant qu’elles n’entament un véritable périple qui les mènera de cité en cité ! »

Il baragouinait sévère et nous vendait du rêve sans pour autant nous présenter la raison de notre venue.
D’ailleurs, il n’en eut jamais le temps car, au beau milieu de tout son baratin, une sirène enrouée avait retenti, le coupant dans son élan.

Notre hôte avait alors blêmi, bafouillé et nous avait intimé l’ordre de ne surtout pas bouger. Après quoi, il avait piqué une sacrée course à l’opposé de notre direction : vers l’intérieur du château.

« Tiens-toi prêt, mon p’tit Bétane. Ça va être à nous de jouer.

- Vous… Vous croyez, Madame Paulette ? Ohlala,
gémissait-il de joie, dire que je suis ici. Avec vous ! »

Quelques minutes s’étaient écoulées, l’incompréhension était générale et ça commençait à grogner lorsque Toakiltour nous était revenu traumatisé : les cartes avaient disparu.

« Comme par hasard, avais-je marmonné. Bon, pas de panique, j’ai la situation bien en main ! »

Bétane me jetait des regards admiratifs qui auraient fait baver de jalousie plus d’un ménestrel sur le retour. L’hôte, Toakiltour, avait fait boucler les issues et demandé à tout le monde de ne pas chercher à s’en aller tant que l’affaire ne serait pas réglée. J’avais alors sorti mon badge et couvert les premières protestations d’une voix claire et forte qui n’aurait souffert aucune interruption :

« Paulette Véjenair, détective « Comme Hic » au service de Sa Majesté… et de son peuple, tant qu’à faire. On va vous le retrouver votre jeu de cartes. Où était-il exposé ?

- Dans… Dans la salle du trône, vous ne pouvez pas vous tromper…
répondit Toakiltour. Vous suivez le tapis d’apparat carmin et c’est tout droit. »

Munie de cette information, j’avais, d’office, publiquement disculpés les badauds qui n’avaient pas quitté la salle où nous poireautions depuis déjà une demi-heure.
Reconnaissants ou simplement curieux, ils proposèrent de m’accompagner et de m’aider dans ma tâche – il faut dire que je leur avais à peine forcé la main.
Que pouvaient-ils avoir de mieux à faire, de toute façon ? Plus vite les cartes seraient retrouvées, plus vite ils pourraient rentrer chez eux.


On s’était donc mis en route pour la scène du crime. Et la seule personne qu’on y trouva n’eut pas l’air spécialement surprise de voir débarquer une quinzaine de visiteurs sur le lieu du larcin.

C’était un garde, apparemment chargé de la surveillance du précieux jeu de cartes sérigraphiées, qui nous avait donc dévisagés.
Enfin, dire qu’il nous avait dévisagés est en-dessous de la vérité. Disons plutôt qu’il avait semblé un chouïa moins regarder dans le vague lorsque l’on s’était pointé devant le bout de ce qui lui servait de nez.


Difficile de le faire parler ou d’obtenir autre chose que des monosyllabes de sa part. L’homme était un sacré benêt, nommé Nazgul Darjil, et il avait fait tourner en bourrique plus d’un des apprentis enquêteurs avant de cracher quelques morceaux dignes d’intérêt.
Bétane avait exulté lorsque je m’étais mise à prendre des notes et je l'avais même soupçonné d’avoir versé quelques larmes de joie après que je l’aie autorisé à questionner le suspect.

On n’avait pas appris grand-chose de sa part, si ce n’était que d’autres personnes se trouvaient éparpillées dans le château, ailleurs que dans la salle d’accueil où nous – les innocents – nous trouvions, au moment où ce qui était une alarme avait retenti.

Il y en avait pour tous les goûts : un type dans une des innombrables chambres que comportait le palais, une femme dans la bibliothèque, une autre dans les cuisines et encore un lascar qui s’essayait à l’art lyrique – bien que ses tentatives aient surtout été pathétiques – dans la salle de spectacle de notre Bon Roi.

Ces informations lâchées, ma meute de limiers s’égaya d’un coup, me laissant sur le carreau, Bétane pendu à mes basques.
Je les avais vite rattrapés et, ensemble, nous avons pu interroger les différents suspects.

Le dormeur, un dénommé Ermit, gisait de tout son long dans un des lits garnis à la plume de Tofoune.
Ronflant comme pas deux, il avait fallu user de moyens que la morale réprouve pour le réveiller. A demi-endormi, la bouche pâteuse, il nous avait certifié ne rien avoir entendu de l’alarme, avant de se reprendre et de balancer qu’un type en mal de reconnaissance artistique – un certain Dweryl – avait fait le coup.


Ni une ni deux, les fouineurs avaient tourné les talons et entrepris de rallier la salle des fêtes tandis que je notais ce témoignage.

Là-bas, ils y avaient trouvé un homme à la peau sombre et aux cheveux décolorés répondant effectivement au nom de Dweryl.
Tout de suite identifié comme un disciple de Iop par mes « collègues », il avait été cuisiné, passé sur le grill et farci de questions toutes plus abracadabrantesques les unes que les autres.
Pauvre gars.


Sans doute plus habitué à manier les armes que les mots, il avait d’abord tenté de berner mes associés du moment en détournant la conversation, mais il en avait finalement appelé à notre pitié et tenté de rejeter la faute sur les deux femmes que nous devions rencontrer au cours de notre enquête plus tard : Scriabine et Arlène.

La première paraphait des documents dans la bibilothèque royale et, selon ses dires, n’avait pas quitté l‘endroit depuis près de cinq heures.
Vu la quantité de paperasse qui s’amassait à ses côtés, nombreux avaient été ceux tentés de la croire. Acerbe, la pique facile et le dédain affiché sur son visage pâle, elle affichait sans fard le mépris qu’éprouvent les puissants pour les faibles. Sa déposition en troubla plus d’un : elle avait nommément accusé l’hôte, Toakiltour, d’avoir simulé le vol des cartes dont il avait la charge afin de toucher la sueur rance – ou un terme procédurier dans ce goût-là – qui y était attachée. Selon elle, « les cartes n’avaient pas été volées ».


J’avais continué de noter, impassible, tandis que mes renifleurs de pistes et mon bon Bétane s’investissaient de plus en plus dans les interrogatoires qu’ils faisaient subir aux suspects, allant parfois jusqu’à s’en prendre à l'intégrité physique ou morale de ces derniers.
Que voulez-vous que je vous dise ? Tout était bon à prendre, du moment qu’on obtenait des résultats…

Pour finir, nous avions rendu visite à la pilleuse de cuisines royales : Arlène. On l’avait prise en flagrant délit de gueuleton.
Et elle n’était pas seule, un des membres de notre fine équipe nous avait faussé compagnie pour l’assister dans son épopée criminelle et culinaire.
Entre deux bouchées de canapés et de petits fours volés à Sa Majesté, l’impertinente coiffée de grelots avait joué les innocentes. Néanmoins, d’habiles membres de ma troupe étaient parvenus à obtenir un aveu quasi-spontané de sa part : « Ermit l'endormi disait forcément la vérité ».


J’avais noté tout ça sur mon calepin et on avait convoqué tous les suspects dans la grande salle du château pour une ultime confrontation.

L’atmosphère y était électrique et les suspects, alignés contre un mur, tendus comme des arcs.
Tout le monde dévisageait tout le monde et, sans prendre trop de risques, je parie que plusieurs membres de l’audience auraient déguerpi si l’occasion leur avait été donnée.

J’avais pris la parole et résumé les informations en notre possession :

« Nazgul Darjil nous a dit que Dweryl et Arlène n'ont jamais été en présence des cartes. Vous confirmez ? avais-je apostrophé le garde. »

Il avait opiné du chef, le regard vide.

« Dweryl a accusé Arlène ou Scriabine d’être la coupable. Est-ce exact ? »

L’homme s’était attiré respectivement le rire et le mépris de l’une et de l’autre lorsqu’il avait corroboré mes dires.

« Scriabine, elle, nous a affirmé que les cartes n’avaient pas été volées.

- Et je le maintiens
, avait enchaîné la principale intéressée.

- Merci. La dénommée Arlène… »


Un concert de grelots avait répondu à la mention de ce nom.

« La dénommée Arlène, de son côté, nous a certifié que le sieur Ermit disait forcément la vérité. »

La voleuse de denrées alimentaires avait opiné du chef, au son des petites clochettes qui recouvraient son crâne.

« Et l’Ermit en question nous a révélé que c’était Dweryl qui était responsable de la disparition du jeu de cartes. »

Le Iop s'était étranglé à cette annonce et il avait fallu l'empêcher de se jeter sur son accusateur.

Faire durer le suspense n’aurait rimé à rien, aussi avais-je remercié tout le monde pour son implication et révélé que j’avais identifié la personne responsable du vol des cartes de Zsamrat l'Encre Botanique !

« C’était une affaire intéressante, avais-je ricané. D’autant plus que, parmi les cinq suspects, quatre n’ont pas dit la vérité ! »

Pour ponctuer cette déclaration, j’avais désigné le banc des accusés d’un index menaçant.

J’avais pu analyser les comportements et les tics nerveux des suspects et, du fait de mon expérience en la matière, j’étais en mesure de prouver ce que j’affirmais.

Une vague de stupeur avait parcouru la salle à mon annonce. Des chuchotements s'étaient faits entendre, des yeux étaient sortis de leurs orbites – ou presque – et Bétane avait failli s’évanouir. Avant de se répandre en compliments et en supplications.

« Oh, Madame Paulette, vous êtes si intelligente ! Ohhh, s’il vous plaît, vous ne pourriez pas me donner un petit indice sur le coupable ? S’il vous plaît, s’il vous plaît ! Un petit indice de rien du tout. »

C’en devenait ridicule, aussi avais-je cédé à son caprice et m’étais penchée sur lui pour murmurer à son oreille :

« Le coupable… est le seul à avoir dit la vérité. »

Son regard s’était illuminé, et je crois bien que mon joli petit lot à la peau d’ébène m’avait mentalement déifiée sur place.

Hélas, je n’avais pas pu prolonger ce moment de bonheur car, déjà, les enquêteurs me pressaient d’en venir aux faits.
J’avais été sur le point de céder lorsqu’un petit homme d’un certain âge – qui, bien qu’en retrait, avait pris part à nos investigations - avait proposé de porter un toast à la résolution de cette affaire. Il m’avait tendu une coupe de mousseux, l’air affable, et j’avais salué l’assistance avant d’en siffler le contenu.


A partir de ce moment, j’ai comme un trou de mémoire. Je me rappelle juste m’être réveillée dans l’une des chambres du palais, bordée dans l’un de ses fameux lits au confort indescriptible.
Bétane était penché sur moi, un linge à la main, tandis qu’un type que j’avais identifié comme l’un des rebouteux royaux me décochait un de ces sourires qui veulent dire « ouf, c’est bon, je vais pouvoir caser quelqu’un d’autre sur ce plumard ».

« Oh, Madame Paulette, si vous savez ce que je me suis inquiété, avait sangloté mon secrétaire. »

Ouvrant les vannes à ses émotions, Bétane m’avait confié entre deux hoquets, trois reniflements et le double de gémissements que j’avais été empoisonnée au moment où je m’apprêtais à faire ma grande révélation.
Moi éliminée du jeu, il avait fait appel à la sagacité des membres du public.

En possession de l’indice dont mon secrétaire déboussolé avait l'exclusivité, ils avaient été en mesure de confondre le coupable : le garde, Nazgul Darjil.

Un garde qui n’en était pas réellement un car, lorsque la meute d’enquêteurs avait fait mine de lui fondre dessus, il s’était changé en une abomination boueuse et dégoûtante : une sorte de goule d’argile… une goule à base de boue de Boo. Du moins, me l’avait assuré Bétane, elle en avait eu l’apparence et l’odeur !


La goule avait tenté de se frayer un chemin parmi ses accusateurs et cette fuite vira rapidement à l’échauffourée.
La créature – bien plus réactive sous cette forme que sous celle du garde Nazgul Darjil – avait mis hors d’état de nuire plusieurs de ses assaillants et ceux-ci ne durent leur salut qu’à leur usage conjoint – une fois de plus – de leurs méninges et de leurs muscles.


Les alliés de Bétane avaient utilisé de quoi nettoyer l’immondice qui en voulait à leur vie, à grands renforts d’huile de coude et de coups bien placés.


A plusieurs reprises, l’être putride s’était abreuvé de l’humidité ambiante pour se refaire une santé, mais le bras armé de la Justice Amaknéenne avait fini par s’abattre sur la goule.


Dans un éclair aveuglant, cette dernière avait rendu l’âme et explosé en une myriade d’homoncules minuscules qui s’attachèrent aussitôt à celles et ceux qui avaient, quelques instants plus tôt, pourfendu leur génitrice.
Pourquoi ? Je n’en sais rien : il est des mystères qu’il vaut mieux ne pas chercher à résoudre.


De toute manière, Bétane m’avait confié que les créatures avaient toutes fondu sous la pluie de l’orage qui avait éclaté, lorsque leurs nouveaux propriétaires avaient quitté les lieux et s'étaient dispersés dans les rues de la capitale du royaume.

Au beau milieu des restes visqueux et salissants de la créature, on avait néanmoins retrouvé le jeu de cartes qui avait été dérobé à notre hôte ainsi qu’une pierre. Une pierre gravée d’un as de pique et d’un glyphe tarabiscoté.

Hélas, à l’heure actuelle, je n’ai toujours pas eu l’occasion de mettre la main sur cet étrange minéral : il semblerait qu’un être sans cœur l’ait fait disparaître de la scène du combat.

A ce point laissé en suspens venait s'ajouter une autre interrogation : quelles pouvaient bien être les raisons qui avaient poussé les quatre autres suspects à mentir ? Tout n'avait pas été tiré au clair dans cette affaire...



• •



Cette animation vous a été proposée par les membres de la Main du Valet Noir (big up à celles et ceux qui ont oeuvré dans l'ombre, bien qu'ils savaient qu'ils ne pourraient pas être là le jour J) et n'aurait jamais vu voir le jour sans les efforts conjugués de :

- Sam-Killeen : Toakiltour
- Emyn-Muil : Nazgul-Darjil, lui-même
- Scriabine : dans son propre rôle
- Dweryl : dans son propre rôle
- Ermit : dans son propre rôle
- Kalirr : Bétane-Thenet
- Arlène Kwinzel : Paulhette-Vejenair, elle-même
- [Mizan-Jouh], [Mal-Jabar], [Mokro-Jil] : Goule de Boo, annonces en jeu, distribution des personnages suiveurs, retours et soutien
- VOUS, pardi !

Alors, on le confesse sans presque trop de honte : on n'a pas songé à noter tous les pseudonymes de la quinzaine de personnes ayant participé à cette animation.
Plutôt que d'en citer quelques-uns et d'en oublier quelques autres, nous préférons vous dire un grand-grand merci à tous (vous vous reconnaîtrez sur les screens).

C'était drôle (pour nous) de vous voir vous investir autant et entrer à fond dans l'intrigue qu'on a essayé (et réussi, non ?) de tisser pour vos beaux yeux !


Des informations exclusives concernant l'animation sont consultables ici.



Forum de guilde - Twitter
Captures d'écran : Kalirr, Emyn-Muil, Arlène-Kwinzel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emyn Muil

avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 11/11/2015

MessageSujet: Re: [Event] Cartes sur table   Dim 6 Nov 2016 - 23:56

La mise en page du compte-rendu rend mieux sur notre forum, à cette adresse, pour ceux qui préféreraient : http://valet-noir.forumactif.org/t99-compte-rendu-cartes-sur-table !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Radon
Maître Krondorien
Maître Krondorien
avatar

Messages : 699
Date d'inscription : 04/01/2015
Age : 23

MessageSujet: Re: [Event] Cartes sur table   Lun 7 Nov 2016 - 2:39

Merci pour cet évent ! Je n'ai pas pu rester jusqu'au bout mais rien que le début était super
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grraouu
Les Chachas Diaboliques
Les Chachas Diaboliques
avatar

Messages : 188
Date d'inscription : 14/03/2016
Age : 28
Localisation : dans la Lune

MessageSujet: Re: [Event] Cartes sur table   Lun 7 Nov 2016 - 9:00

Merci c'était vraiment cool =)
Ahah on me vois achever la terrible Boo <3

_________________
Un mec c'est comme une cassette vidéo : avance, recule, avance, recule... stop eject !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chachas-diaboliques.fr1.co/
 
[Event] Cartes sur table
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 04/04: Double Draft 15€ à La Table Bruxelles
» gravity well et event horizon sur la table.
» [Ludisme sur table]Jeux de plateaux, de cartes et autres joyeusetés ludique!
» Liste des Cartes Interdites maj by nono (01/09/09)
» Les bus GC / Cities XL à poser sur table !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Conclave des Ombres :: L'ordre de Krondor :: La caserne de Krondor-
Sauter vers: